Bande titre Images d'une vie canadienne: cahiers de coupures personnels
aller à la section Pages couvertures
aller à la section Cahiers de coupures
aller à la section Collection et création d'images
aller à la section Apprendre et s'amuser
aller à la section Chercheurs / lecteurs
aller à la section Touristes culturels
Flowers

garden planted by John and Jennie  MacneillMontgomery eut un jardin durant toute sa vie. Celui de la maison Macneill à Cavendish était l'un de ses endroits favoris. Lorsque John et Jennie Macneill, des parents de Montgomery (voir le cédéron du L.M. Montgomery Institute, The Bend in the Road, pour l'arbre généalogique) et propriétaires de ce site, lurent le premier volume des journaux intimes Selected Journalspublié en 1985, ils furent touchés par l'amour que Maud Montgomery vouait à l'ancienne propriété ainsi qu'à ses fleurs, vergers et sentiers. Ils ont dégagé l'ancien cellier de la maison et restauré le remblai et le puit de pierre. Chaque année, ils y plantent les fleurs que Maud disait aimer le plus et qui aurait facilement poussé chez les Macneill : pavots de Californie, capucines, pensées tricolores, cosmos, tagètes, pensées. Le Site of L.M. Montgomery's Cavendish Home est ouvert aux touristes de mai à octobre.

En 1905, tandis qu'elle écrivait Anne of Green Gables, Maud décrivait son jardin de Cavendish en ces termes : « Le plus grand plaisir de ma journée survient lorsque je descends au jardin tous les matins pour voir quelles nouvelles plantes ont fleuri dans la nuit. Mon cœur se gonfle alors de joie. photographie d'un pommierOh, quelle sagesse que d'avoir créé la vie dans un jardin » (SJ,I,307). À Leaskdale, Norval et finalement à Toronto, Montgomery rendait visite à son jardin comme à un ami.

L'auteure fait plein usage des jardins dans ses romans. Les jardins les plus mémorables pourraient bien être celui d'Hester Gray dans Anne of Avonleaet le jardin protégé par la magie du cousin Jimmy dans Emily of New Moon. Jane, dans le roman Jane of Lantern Hill (1937), apprend à planter des fleurs à l'Île-du-Prince-Édouard et plus tard, à Toronto, elle choisit pour ses parents une maison où fougères et colombines sauvages poussent dans un ravin. La maison de Jane et les alentours s'inspirent de la maison de Montgomery appelée « Journey's End », sur Riverside Drive. Dans tous ses romans, l'auteure donne aux fleurs et aux jardins une place spéciale, parfois symbolique. Dans The Blue Castle, le rosier de Valancy Stirling qui piteusement ne fleurit pas se pare soudainement de superbes fleurs rouges lorsque Valancy elle-même se libère du clan.

aller au site web du LM Montgomery Institute à UPEI aller au site web du Musée des beaux-arts du Centre de la Confédération aller au site web de la Bibliothèque nationale du Canada aller au site web de la University of Guelph aller au site web du Lucy Maud Montgomery Birthplace aller au site web du Musée virtuel du Canada go to English Home Page go to French Homepage Aller ? la page d'accueil fran?aise Aller ? la page d'accueil anglaise jardins de John et Jennie Macneill jardins de John et Jennie Macneill jardins de John et Jennie Macneill jardins de John et Jennie Macneill