Bande titre Images d'une vie canadienne: cahiers de coupures personnels
aller à la section Pages couvertures
aller à la section Cahiers de coupures
aller à la section Collection et création d'images
aller à la section Apprendre et s'amuser
aller à la section Chercheurs / lecteurs
aller à la section Touristes culturels
Article de L.M. Montgomery sur la photographie
Échantillons de cyanotypes de Lucy Maud Montgomery
Montgomery a travaillé comme journaliste et comme femme à tout faire au bureau de Halifax du Daily Echo de septembre 1901 à juin 1902. Elle y tenait une chronique intitulée « Around the Table » par « Cynthia ». Ces articles, conservés soigneusement dans ses cahiers de coupures, portaient sur la mode et des sujets légers. Ils renferment beaucoup d'information sur les coutumes et intérêts de l'époque et sont souvent écrits dans un style enjoué.

LA PHOTOGRAPHIE EN TANT QUE PASSE-TEMPS
Les conseils de Cynthia pour les débutants
Chronique « Around the Table », Halifax Daily Echo,
le lundi 12 mai 1902
par L.M. Montgomery

Les photographes amateurs devront endurer une bonne dose de farces tout aussi amateur, mais tout compte fait, aucun autre « passe-temps » n'exerce autant de fascination ou ne procure autant de plaisir. Bien entendu, il faut s'y intéresser sérieusement et non en amateur. Il n'y a rien de beau dans un instantané bizarre d'un de vos amis ou dans un cliché pris n'importe comment de maisons qui penchent plus que la tour de Pise. Cependant, un joli petit paysage, bien garni et bien monté, qui rappelle une agréable promenade d'été ou une soirée plaisante, est une jolie chose qui vous donnera toujours de la joie. Récemment, plusieurs de mes amis se sont acheté des appareils photo et m'ont demandé des conseils sur les choses à faire et à ne pas faire. Je leur offre donc quelques conseils tirés de mon expérience.

En photographie amateur, la règle d'or est d'abord et avant tout d'être méticuleux. On ne peut se permettre d'être négligent si l'on veut prendre des photographies dignes d'être conservées. La négligence la plus minime peut parfois gâcher une belle image. Si vous faites votre exposition à la va-vite, si votre chambre noire laisse filtrer la lumière, si vous n'isolez pas religieusement votre solution hypo de votre révélateur, si vous faites cent choses à la fois ou en négligez cent, vous n'obtiendrez pas de bons résultats.

Ne tentez pas d'en faire trop la première fois et n'exposez pas une demi-douzaine de plaques avant d'en développer une. Allez lentement. Un appareil qui utilise des plaques de 4 sur 5 convient bien aux débutants. Procurez-vous tout le matériel dont vous avez besoin parce que, bien entendu, il ne vous suffira pas d'appuyer sur le bouton, vous devrez développer et finir vos photographies. Cependant, vous devez d'abord et avant tout vous procurer une bonne lampe de chambre noire. Des économies mal avisées ne vous causeront ici que des soucis et des déceptions. Même si certains sont d'avis contraire, j'estime que les débutants devraient commencer par utiliser des plaques à exposition lente. En fait, je préfère toujours employer ce type de plaque. Selon moi, j'obtiens alors des résultats plus artistiques.

Dans votre chambre noire, il doit y avoir une place pour chaque chose et chaque chose doit être à sa place. Époussetez vos plaques avant de les mettre dans le support. Pour ce faire, utilisez un pinceau en poils de chameau, mais s'il vous arrive de ne pas en trouver, passez la paume de votre main délicatement au-dessus de la plaque en vous assurant que votre main est bien sèche. Si jamais vous vous trouvez dans un endroit où vous n'avez pas accès à une chambre noire et que vous souhaitez changer de plaque, voici comment j'ai obtenu de bons résultats. Enfermez-vous dans une placard sans fenêtre, assoyez-vous sur le plancher et demandez à quelqu'un de poser une lourde courtepointe - rouge de préférence - sur votre tête. Demandez-lui ensuite de bien fermer la porte et changez votre plaque. En été, c'est une tâche d'une chaleur écrasante, mais c'est mieux que d'exposer les plaques à la lumière.

Choisissez soigneusement votre angle en tenant compte du jeu de la lumière et des ombres. Vous obtiendrez toujours de meilleurs résultats en vous servant d'un trépied et en calculant la durée d'exposition bien que cela demande de toute évidence plus d'adresse. En ce a trait à l'exposition, les formules toutes faites ne sont d'aucune utilité. La durée d'exposition est fonction de l'intensité de la lumière et du type de plaque utilisé. On apprend en faisant des erreurs. Ne prenez pas de photographies entre onze heures et quinze heures. Vous n'obtiendrez jamais de bons résultats.

Lorsque vous développez, prenez garde de ne pas sous-développer. Les débutants ont invariablement tendance à le faire, s'inquiétant lorsque l'image commence à pâlir et la retirant immédiatement de la solution. Laissez la photographie dans la solution jusqu'à ce que l'image devienne très pâle et indistincte. Lavez-la bien avant de la mettre dans l'hypo. En utilisant une solution d'alun, vous éviterez le « gondolement » qui se produit lorsque les bords du film retroussent sur les côtés de la plaque. Vous n'aurez pas ce problème par temps froid. Lorsque vous retirez votre plaque de l'hypo, laissez-la tremper dans l'eau pendant une demi-heure. Si vous ne vous servez pas d'eau courante, changez l'eau six fois. C'est très important parce que même s'il ne reste qu'une petite quantité d'hypo sur le film, il sera gâché. Mais d'abord et avant tout, soyez méticuleux. Ne vous contentez pas d'être assez bon. Visez l'excellence.

On obtient parfois un bel effet avec la photographie d'un paysage en découpant une toute petite lune dans du papier blanc et en la collant bien sur le côté de verre du négatif. Le résultat sera « un paysage d'été au clair de lune ». Vous pouvez prendre des photographies au clair de lune. Il faut des heures et non des secondes d'exposition. En général, les résultats ressemblent plus ou moins à une plaque embrouillée exposée normalement, mais on a obtenu de très beaux effets ainsi. Je ne conseille toutefois pas aux débutants d'essayer de le faire.

Si vous désirez avoir une « paysage au clair de lune en hiver », voici comment procéder. Prenez un négatif ordinaire d'un paysage dans lequel il n'y a pas d'arbres avec des feuilles. Des conifères et une vieille maison de ferme ou quelque chose du genre vous donneront les meilleurs résultats pour ceci. Placez le négatif dans une tireuse par contact, film vers le haut. Recouvrez-le d'une nouvelle plaque, film contre film, et pour plus de précautions, ajoutez un bout de tissus noir. Tenez ensuite la tireuse à environ 18 à 20 pouces au-dessus d'un bec à gaz et allumez rapidement. Le temps d'exposition variera entre 2 et 20 secondes, selon le type de lumière, de plaque et de négatif utilisé. Après l'exposition, développez la plaque comme à l'accoutumée. C'est ce qu'on appelle une image positive. Collez la pleine lune à sa place, au verso et imprimez. Le ciel en ressortira noir tandis que le sol et les arbres seront blancs - apparemment couverts de neige. L'effet sera très joli. J'ajouterai même que votre « positif » peut aussi servir de diapositive pour lanterne magique.

Il arrive parfois que les appareils photo nous jouent de drôles de tours. J'ai obtenu de curieuses photographies en exposant accidentellement la même plaque deux fois. C'est ainsi qu'on procède pour faire des photos de « fantômes ». Un jour, j'ai pris une photographie de deux de mes amies se tenant l'une à côté de l'autre. Je me suis trouvée plus tard à réexposer cette plaque en photographiant un paysage. Le paysage est très bien ressorti. Les filles s'y trouvaient aussi, personnages blêmes et transparents, et tout le paysage se voyait clairement à travers elles. C'était manifestement une image parfaite, ce qui, bien entendu, ne se produit pas souvent par hasard.

J'espère que vous aurez beaucoup de plaisir avec votre appareil photo cet été. Si vous n'en avez pas, ce sera par votre propre faute.


Photographie et voyages
Les débuts de la photographie | L.M. Montgomery, photographe
Article de L.M. Montgomery sur la photographie | Concours international Kodak | Article de Kunard

Histoire des voyages de Lucy Maud Montgomery | Échantillons d'images de ses voyages : dans l'Ouest; Boston; mariage et lune de miel;

© MBACC 2002© MBACC 2002   Envoyez vos commentairesEnvoyez vos commentaires  MentionsMentions
RechercheRecherche    Recherche avancéeRecherche avancée  go to Tell a Friend pageParlez-en à un ami  go to Site Index pageIndex du site
aller au site web du LM Montgomery Institute à UPEI aller au site web du Musée des beaux-arts du Centre de la Confédération aller au site web de la Bibliothèque nationale du Canada aller au site web de la University of Guelph aller au site web du Lucy Maud Montgomery Birthplace aller au site web du Musée virtuel du Canada go to English Home Page go to French Homepage Aller ? la page d'accueil fran?aise Aller ? la page d'accueil anglaise